FLUX

Il y a un certain rythme harmonique qui est propre à la vie.

Il est en accordant avec les saisons, les éléments et toutes les qualités transcendantes, selon lesquelles les gens ont vécu leur vie pour l’éternité.

​Suivre et respecter ce courant a des conséquences positives.

Quand nous nous rendons au courant, nous ne savons pas ce qui s’en devient. Nous faisons confiance à ce courant et savons au fond que quelque chose de beau nous attend.

En s’ouvrant complètement, quelque chose de magique peut surgir qui dépasse complètement notre imagination en tant qu’être humain. 

Exactement ce qui est maintenant sur le point de se manifester apparaît.

DSC_5781.jpeg

Le flux est innocent, attentionné et sage.

Il accepte et n’a pas peur d’éprouver, de rencontrer et de découvrir.

Créer en flux - peintre, dessiner, danser, parler, chanter, écrire… - c’est comme être porté le long d’une vague. Il se sent bien et crée également un effet très special.

Le fait de réaliser une création artistique dans le flux signifie que je suis le flux qui transcende mon individualité. Je deviens un avec l’ensemble hors contrôle, mais qui me permet d’être guidé avec amour.

Quand une œuvre d'art est créée dans le flux, elle sort de nulle part.

Nous sommes agréablement surpris par la puissance d’une œuvre faite dans le flux; pure et unique dans sa forme.

Les œuvres qui ont été créées dans le flux portent une qualité spéciale, un nouveau type de profondeur.

Créer en flux s’agit essentiellement d’être fermement connecté à votre cœur.
​Mon
cœur le sait, l’éprouve, l'est et le fait. Le reste c’est la confiance.

Avec mon esprit humain, je ne comprends pas pourquoi une création prend vie d’une façon spécifique: pourquoi ces formes, ces couleurs, cette séquence, pourquoi ce rythme, pourquoi cette direction?

​Cela a été un long chemin avant que je puisse me rendre à ce flux, ne sachant pas ce que je passerais sur la toile, le papier.  Á un moment donné, mon désir de vivre ce flux était si grand que je n’avais pas d’autre choix que d’arrêter le combat et de me rendre.

J’expérience le fait ”de ne pas savoir” comme une chose extrèmement déliberante.

Je n’ai pas à y penser; je peux laisser faire.

DSC_0510.jpeg